samedi 28 juillet 2012

Reliure brodée : semis de fleurs


J’ai réalisé cette reliure bradel pour mon propre carnet de lecture. Le dos est en cuir vert foncé, les plats sont couverts de lin écru, 22 fils au cm, brodé d’un semis de fleurs avec des papillons. C’est de la broderie dite traditionnelle. J’ai utilisé les points de tige, chaînette, bouclette, feston, passé empiétant, passé plat, point d’arête et point de feuille.

Il s’agit d’un modèle de broderie acheté il y a deux ans chez Canevas Folies, une très jolie mercerie de Nyon en Suisse, modèle intitulé « Vol de papillons ». Je n’ai pas suivi les indications de fils ou de couleurs car j’ai utilisé les fils que j’avais (essentiellement du DMC 6 fils en prenant un fil, de l’ordinaire et du changeant, du House of embroidery perlé N°12 pour les points de nœud, et du ruban de soie blanc 2mm pour certaines fleurs). Pour obtenir une harmonie de couleurs satisfaisante, j’ai  défait  certains motifs plusieurs fois, jusqu’à ce que le résultat me convienne. J’ai donc maintenant le plaisir d’y noter mes lectures.




dimanche 22 juillet 2012

Le musée de la reliure à Beaumesnil


J’ai eu récemment l’occasion de découvrir le château de Beaumesnil dans l’Eure et son musée de la reliure. Le château et les jardins sont magnifiques.


L’intérieur du château présente de belles salles et notamment une bibliothèque à l’atmosphère chaleureuse.

Pour une description détaillée, je vous invite à visiter un site qui me semble très bien fait :
http://bibliophilie.blogspot.fr/2010/09/escapade-de-bibliophile-le-musee-de-la.html

L'histoire de la reliure y est évoquée rapidement. De nombreux sites internet nous renseignent sur cette histoire qui est bien sûr intimement liée à l'Histoire des idées et des techniques. 
Quant à moi, j’ai beaucoup appris de cette visite, notamment concernant les  différents types de décors qui ornent les plats des volumes reliés :

 Le décor à la fanfare : 16e siècle


Il se caractérise par des rubans formant des compartiments remplis de feuillages et fers en volutes à partir d’un ovale central.
Le décor mosaïque dès le 16e siècle mais surtout au 18e
Les plats sont rehaussés d’applications de fragments de peaux de couleurs différentes, ensuite sertis de filets dorés.

Le décor semé : un des plus employés au 17e siècle
Il consiste en la répétition d’un ou deux motifs alternés sur tout ou partie des plats selon un canevas donné.

Le décor à l’éventail : dès le 17e siècle


Il consiste à réaliser un motif généralement circulaire rayonnant à partir du centre du plat. Ce motif peut se retrouver aussi sur les angles, en quart de cercle.
Le décor à la Du Seuil : 17e siècle
Cette appellation vient du nom d’Augustin Dusseuil né en 1673. Le décor consiste en deux encadrements de filets dorés avec des fleurons aux angles de l’encadrement intérieur.
Je n'ai pas de photo de ce type de reliure aussi je vous invite à consulter un article très intéressant :
Le décor janséniste : 17-18e siècles
Une reliure janséniste est volontairement la plus sobre possible, sans réel décor. On utilise des matériaux de luxe et la réalisation est impeccable mais il n’y a pas de décor apparent sauf parfois une dentelle sur les plats.
Le décor à dentelle : 18e siècle
C’est une juxtaposition de petits fers à dorer sur le bord des plats, donnant l’aspect d’une bande de dentelle. La large dentelle « Pompadour », qu’affectionnait la Marquise, est l’une des plus connues.
Le décor romantique : 19e siècle
A l’époque des romanciers romantiques, certains relieurs cherchèrent des voies nouvelles et se mirent à utiliser des motifs plus figuratifs, de nouvelles couleurs, ou à remettre le style gothique au goût du jour.
reliure romantique allemande en velours, fermoir et coins en métal orné de pierreries
Pour en savoir plus sur la reliure à décor romantique, vous pourrez lire le document suivant sur un blog de bibliophilie
Enfin, pour terminer, voici quelques images de reliures brodées 


Et quelques images de reliures qui m’ont plu.


Finalement, la visite du musée de Beaumesnil m’a donné envie d’en savoir plus, ce qui m’a permis de découvrir plusieurs blogs de bibliophiles qui sont des mines de renseignements. Je me rends encore davantage compte que la reliure est tout un monde, de même que la bibliophilie. Mais je ne demande qu’à apprendre !
Je suis en train de lire La reliure d’art, l’art de la reliure à travers les siècles de Giulia Bologna aux Editions Gründ, 1999. Ce livre passionnant présente de très nombreuses images de reliures. Je vous le conseille.
Enfin, moi qui suis intéressée par les passerelles entre différents domaines, j'ai eu le plaisir de repérer le lien entre la reliure et la dentelle ! Allez, une dernière image pour le souligner...



mardi 17 juillet 2012

Du plumetis pour Atala !


C’est sous la direction de mon professeur de reliure que j’ai réalisé cette reliure brodée d’un exemplaire d’Atala de Chateaubriand, œuvre publiée en 1801.



Le volume est petit (environ  13 par 10 cm). J’ai choisi de la  soie sauvage bleue que j’ai brodée avec du fil de soie dans des tons changeants de vert. J’ai brodé selon la technique de la broderie blanche ou plumetis que je commence à apprendre. Ce fil de soie se brode très bien.






 La difficulté au moment de faire la couvrure, c’est de ne pas faire de tache de colle. Bon, là, ça s’est bien passé. J’ai utilisé un léger molleton pour donner du moelleux à la reliure.
 Si j’ai le courage, un de ces jours, je réaliserai pour cette reliure un étui brodé « C » pour Chateaubriand !



samedi 14 juillet 2012

En savoir plus ? … sur la dentelle polychrome de Courseulles


La petite ville de Courseulles-sur-mer est située en Basse-Normandie, une vingtaine de kilomètres au nord de Caen.

Au XIXe siècle, la région comptait déjà 1200 dentellières qui travaillaient chez elles sur de petites pièces de dentelle aux fuseaux qui étaient ensuite rassemblées pour faire de grandes pièces comme des châles. Chaque dentellière  suivait scrupuleusement le modèle qui lui était donné.

En 1822, sous le second Empire, Georges VIOLARD créa une manufacture de dentelle à Courseulles. Il contribua au développement de la dentelle et notamment inventa la dentelle de soie polychrome dont il déposa le brevet en 1897. Il  favorisa l’évolution de la dentelle avec notamment le développement de la dentelle « blonde de Caen ». La dentelle produite à Courseulles reçut de nombreuses médailles dans les expositions universelles notamment une médaille d’or en 1900. L’entreprise dura jusqu’en 1922, les frères ROBERT ayant succédé à M. Violard. Le succès de cette dentelle, d’ailleurs critiquée à l’époque par de grands dentelliers de Bayeux, est dû en partie aux dessinateurs de dentelle, en premier lieu à Félix Aubert (1866-1940) qui exécuta de nombreux dessins « art nouveau ». Il est peut-être l’auteur du dessin qui a servi de base à la réalisation de l’écharpe commandée par l’Etat français et destinée à être offerte à l’Impératrice de Russie, écharpe qui mesurait 3 mètres de long sur 80 centimètres de large et avait  nécessité 3000 heures de travail aux ouvrières.
Un éventail en polychrome de Courseulles



Dessin dentellier



Dessin dentellier



              A Courseulles- sur-mer, deux lieux aident à se documenter :

Au musée municipal : Exposition Félix Aubert et exposition permanente de dentelles.

Au Logis de la dentelle : Collection privée Le Délézir.


Quant à moi, les dessins que j’y ai vus m’inspirent, mais plutôt avec l’idée de les détourner vers la broderie. Auquel cas, la boucle serait bouclée…




jeudi 12 juillet 2012

Dentelle ou broderie ?


A Caen, à l’Abbaye aux hommes. Dans le cadre du Congrès international de la dentelle organisé par l’OIDFA, une exposition sur les différentes sortes de dentelles en France.

Les photos des éventails avec les reflets de la vitrine malheureusement

 Devant une vitrine dans laquelle sont exposés des éventails, deux visiteuses admirent. L’une d’elles affirme : « Là, ce n’est pas de la dentelle, c’est de la broderie ! » Il s’agit en réalité de dentelle polychrome de Courseulles. Je m’interroge. D’où vient la confusion ? Peut-être de la couleur qui caractérise cette dentelle et qui, au moment de son apparition vers 1897, a d’ailleurs dérouté et a même été critiquée.
 Il faut dire que dans la représentation courante, la dentelle, c’est blanc, à la rigueur, écru ou noir. Actuellement d’ailleurs, beaucoup de dentellières sont réticentes  à utiliser la couleur, même si cela évolue comme c’était visible lors de ce Congrès. 

Le cube dans tous ses états de Catherine Parfait Mazé
 La confusion des deux visiteuses tient peut-être aussi  aux motifs floraux - largement utilisés dans la broderie - visibles sur ces éventails et  se détachant sur le fond. De là à penser à des applications brodées sur un fond plus clair ? Peut-être…
Idée à suivre...

mardi 3 juillet 2012

La violette au passé empiétant



Voici une petite broderie réalisée récemment pour l'abattant d'une boîte.



Avec un groupe d'amies, depuis 5 ans environ, je suis élève de  Madame Catherine Laurençon qui a été distinguée en 2011 en recevant le titre prestigieux de "Meilleur ouvrier de France" en classe broderie main, option broderie couleur, ce qu'on nomme aussi peinture à l'aiguille.

 Catherine nous encourage à créer nos propres modèles de broderie et je dois dire que le cheminement entre l'image, sous forme de photo ou parfois d'aquarelle, et la broderie réalisée m'intéresse particulièrement. Cette démarche nécessite l'interprétation du sujet à broder, ne serait-ce que par le choix des détails, le choix des couleurs- la palette est large-, le choix des nuances, la décision de fondre plus ou moins les couleurs entre elles etc. Toutes ces subtilités, Catherine nous les enseigne patiemment.

La photo en gros plan ne pardonne pas ! Elle est conseillée en cours de travail plutôt qu'à la fin ! Car c'est l'idéal pour repérer les défauts qui ne se verraient pas à l'œil nu , sachant que mon petit bouquet mesure 8 x 7cm !