vendredi 22 septembre 2017

Luxeuil etc...


Je remercie toutes les personnes qui m'encouragent dans la poursuite de mon blog et, entre autres, Marianne, une lectrice qui m'a fait part de ses réflexions après la publication de mon dernier article concernant le Conservatoire de la broderie de Luxeuil. Soit dit en passant,  je conçois mon blog comme un lieu d'échanges et je suis très heureuse des apports extérieurs, un peu trop rares malheureusement, mais je ne désespère pas !

J'ai pensé vous faire profiter des informations données par Marianne :

Voici ce qu'elle me dit :


"Merci pour ce reportage sur le Luxeuil, injustement méconnu, voire dénigré à cause des mauvaises copies asiatiques.
Vous avez fait de belles trouvailles: il s'agit effectivement de modèles anciens, édités quand on trouvait encore de nombreuses sortes de lacets. Certains étaient même faits à la main aux fuseaux. C'était bien avant les lacets "modernes" qui comportent des fils de fronce sur les bords."

 

Puis :

"Voici un col en Luxeuil brodé il y a une centaine d'années. Les points sont très ordinaires voire grossiers, le plus important, ce sont les lacets. Ils sont tissés très fin, sans fils de fronce. Le lacet droit est large de 5 mm tout compris, celui en vagues de 8mm, avec un jour entre la partie arrondie et la lisière d'accroche (...) "

 

Voici les deux photos envoyées par Marianne :


jeudi 14 septembre 2017

Le Conservatoire de la dentelle de Luxeuil




De Fontenoy-le-Château à Luxeuil, il n'y avait qu'un pas...

 
...qu'il aurait été dommage de ne pas  franchir  pour aller visiter le Conservatoire de la dentelle de Luxeuil !

Je connaissais le principe de cette dentelle par avance : il s'agit de partir d'un lacet de dentelle  mécanique de 1cm de large environ, de le fixer sur le modèle et dans un deuxième temps, de remplir les espaces  en y brodant des fonds ou points de remplissage.

Il s'agit donc d'une dentelle à l'aiguille puisque l'on n'utilise pas de fuseaux.
J'avais un peu l'idée que ce n'était pas une dentelle fine, ce en quoi la visite du Conservatoire m'a détrompée.

La petite ville thermale de Luxeuil-les-bains en Haute-Saône est pittoresque et la promenade y est agréable.
 


 
Le Conservatoire est installé dans le cadre de l'Abbaye qui jouxte la Basilique dans le centre historique de la ville.
 


 
 Le Conservatoire comprend deux salles, la première (ci-dessus) pour l'exposition, l'accueil et la vente. Dans la seconde, les dentellières font de la démonstration ou prennent des cours. Leur accueil est très sympathique. Elles expliquent aux visiteurs les étapes de leur travail, montrent le détail de tel ou tel point et tout cela dans la bonne humeur. On sent bien qu'elles sont dans une dynamique de transmission et de sauvegarde du savoir-faire... Elles réalisent un certain nombre de pièces en dentelle de Luxeuil qui sont vendues au profit de l'association.

Pour la documentation, elles vendent deux livrets :
 
Dans celui-ci, tous les aspects techniques sont expliqués clairement.

 
Le second livre porte davantage sur l'histoire de la dentelle de Luxeuil.

 
Signalons aussi le livre Le Luxeuil aux Editions Didier Carpentier (2001)


 
Ce dernier présente des aspects techniques ainsi que de nombreux modèles.
 

Au début de cet article, je disais que j'avais changé d'avis concernant cette dentelle. En effet, outre que les auteurs du 1er livre attirent l'attention sur l'existence de "faux Luxeuil", plutôt grossiers, je me suis rendu compte que les pièces exposées étaient d'une grande finesse et d'une très belle facture. Je vous laisse en juger, sachant que malheureusement les photos ne donnent qu'une petite idée de la réalité, surtout quand on est photographe amateur !
Mon propos est plutôt de donner envie d'aller voir sur place !

 

 
Un même dessin mais 6 façons différentes de l'interpréter :
les points de remplissage et leur disposition sont différents d'un napperon à l'autre.










Les différentes étapes du travail :




C'est d'abord le montage du modèle : trois couches de papier permettent un bon maintien :
- Un papier kraft
- Le tracé du modèle
- Un papier cristal de couleur

 

Ensuite, on monte le lacet : on le bâtit sur le tracé ; on procède à la fixation des points de rencontre entre les lacets pour un bon maintien de l'ensemble de l'ouvrage.
  • Puis c'est la broderie proprement dite dans chaque espace vide. Il existe des dizaines de points de remplissage aux noms aussi variés que "nid d'abeille", "alvéole", "coquille", "fougère", "rivière", "moustique", "vous et moi", "fond de panier" etc...
  • Enfin, quand tout est brodé, c'est le démontage de l'ouvrage  en ôtant le fil du bâti : l'ouvrage est libéré de tous ses supports.



  •  
     
     
    J'ai trouvé en brocante, il y a longtemps, deux modèles de ce que je pense être du Luxeuil. Mais je n'en suis pas sûre ! Peut-être quelqu'un pourra-t-il me le confirmer ?
     
    La matière ressemble à une toile enduite très fine.
    Le premier modèle sur toile enduite écrue, mesure environ 1m sur 60cm.
     
     
     




     
      le second sur toile enduite bleue, mesure 37cm de côté
     
     





     
    Sur ce gros plan, on peut encore voir les trous d'aiguille pour le bâti !

    mardi 5 septembre 2017

    Le Musée de la broderie blanche à Fontenoy-le-Château (Vosges)


    Après avoir séjourné dans mes chères Ardennes natales, nous avons pris la route de Fontenoy-le-Château, à l'orée des Vosges,  afin d'y visiter le Musée de la broderie blanche.
     
    C'est un joli petit musée très bien tenu, les broderies sont bien repassées et bien présentées. Les explications sont nombreuses, sans trop de lecture pour chacune.
     

    J'y ai beaucoup appris sur l'activité des brodeuses de Fontenoy et de la région, activité commencée dans les années 1850-60, qui connaît son âge d'or à la fin du XIXe et  a persisté jusqu'au déclin de la broderie main après la seconde  guerre mondiale.
     
    En regardant bien, on peut voir au moins deux femmes équipées de leur métier à broder sur pied, à pivot !

     
    Un peu d'histoire...
     
     En 1825, Madame Chancerelle, brodeuse venue de la capitale, s’installe près de Châtel-sur-Moselle où elle a cependant du mal à recruter sa main-d'œuvre féminine. Or Fontenoy comptait plusieurs industries métallurgiques, et donc un milieu ouvrier important au sein duquel les femmes, ne trouvant guère à s’employer, étaient disposées à apprendre ce nouveau métier de la broderie. En quelques années, Madame Chancerelle forme donc huit jeunes filles du village qui acquièrent le savoir-faire leur permettant de créer elles-mêmes sur place leurs propres ateliers. La broderie prend véritablement son essor à Fontenoy vers 1850-60 grâce à Madame Rodier qui y installe une véritable entreprise de broderie sur métiers plats.
     

     


    La broderie main professionnelle se développe alors et fera la renommée de ce village qui comptera jusqu'à 500 brodeuses et quelques brodeurs.
     

    A Fontenoy, la brodeuse travaille à son domicile pour un "bureau" dont voici l'organisation :
    Les demandes de pièces à broder arrivent en début de journée, en provenance des grandes villes où des fournisseurs spécialisés servent d’intermédiaires avec les particuliers.
     
     
     
     
    Lorsqu’il ne s’agit pas de modèles répertoriés du "bureau", l’entrepreneur confie tout d’abord au dessinateur le soin de réaliser le croquis correspondant au souhait du client puis fait passer le calque au piqueur. Le calque est en réalité une sorte de papier sulfurisé ou un papier pelure un peu fort, et le piquage est réalisé avec une machine à pédale dédiée à cet usage, dont l’aiguille est fixée au bout d’un long bras flexible et vibre de haut en bas.

     
     
     
     On réalise ainsi le piquage, c'est-à-dire que l'on perfore le calque de trous minuscules en suivant le tracé du motif à broder. Le ponçage à la poudre d’encre permet ensuite de transférer le dessin sur le tissu à broder.

    On peut voir la taille des petits trous par rapport à celle du pouce
     
     
     Puis la Première d'atelier sélectionne les cotons à broder, les coloris et la quantité exacte de fils nécessaire à la réalisation de l'ouvrage.
     


    Le travail est ensuite distribué aux brodeuses selon leurs compétences : celle-ci réalisera les chiffres (initiales brodées)...
     
     

     


     
     tandis que telle autre est spécialisée dans les pois...
     
     

     

     
     

    ou une autre encore dans les fils tirés.

     

     
     
    On leur remet leurs pièces à broder quand elles viennent au bureau rendre l’ouvrage de la journée, mais si c’est une commande urgente, il arrive même qu’on leur apporte à domicile. Elles travaillent 10 à 12 heures par jour, parfois même la nuit.
     
    Témoignage :
    Pour avoir vécu jusqu’à son mariage à Fontenoy-le-Château, Huguette a grandi au milieu des brodeuses et commencé sa vie professionnelle dans cette spécialité.
     
    Comment avez-vous appris à broder ?
     
    "J’ai commencé assez naturellement, avec les femmes qui m’entouraient. Enfant j’ai toujours vu ma mère broder pour un bureau, et toutes les femmes autour de moi. Quand il faisait beau, nous tirions les chaises dans la rue, et ça brodait devant les maisons !




     J’ai commencé ma marquette (synonyme de marquoir, pièce d'étude sur laquelle s'exerçaient les jeunes brodeuses) avec des exercices au plumetis, on me corrigeait au fur et à mesure.


     On n’avait pas plus de cours que ça, simplement l’expérience que nous retransmettaient nos aînées. Et de la broderie, on en voyait : je me rappelle le mouchoir précieux brodé d’un agneau pascal reçu pour ma première communion, comme de coutume dans la région.
     

    Et la broderie professionnelle ?
     
    Ça aussi, ça s’est fait naturellement, car dans le coin, il n’y avait guère d’embauche pour les jeunes filles en dehors de la broderie et la question se posait à peine. Juste après le certificat d’étude, ma mère m’a poussée à m’inscrire dans un bureau et j’ai bien compris que le temps était venu pour moi de gagner un peu d’argent avec mon aiguille. J’ai souvenir d’avoir brodé surtout des mouchoirs, mais il y avait des spécialités.









    J’ai des draps par exemple, où j’ai brodé mon monogramme, mais les fils tirés ont été réalisés par une brodeuse dont c’était la partie.



     
     

    A la Pipée, il y avait même celle qui brodait le monogramme du Shah d’Iran sur ses caleçons, ça n’était pas n’importe qui !
     
     
     
    Robe de fillette

     
    Cache-corset

     


    Comment choisissait-on son bureau ?
     




    C’était un peu le hasard, on pouvait le faire en fonction de la proximité par exemple, on se regroupait par quartier. Il y avait encore beaucoup de bureaux de broderie à Fontenoy, moi je suis allée à celui qui était de l’autre côté de la rue. Mais je me rappelle que ma mère n’était pas au même bureau que moi.




    Comme nous n’avions pas le choix de gagner notre vie autrement, on nous payait une misère, et ça nous révoltait assez, d’ailleurs... D’autant que les échantillons qui servaient à déterminer les prix étaient bien sûr réalisés par des brodeuses expérimentées et rapides, et comme nous étions payées à la pièce, il ne s’agissait pas de traîner. Il y a peut-être eu une époque plus lointaine où la situation des brodeuses était enviable, mais juste avant-guerre, il fallait en faire, des heures, pour gagner quelque chose ! Vivre de la broderie, ce n’était pas un rêve, bien que je garde le bon souvenir des veillées où tout le monde tirait l’aiguille autour de la lampe, il y a même des hommes qui brodaient avec nous."
     
     
     Quant à moi, j'ai vraiment vu des ouvrages magnifiques et je ne saurais trop recommander aux amateurs d'aller visiter ce musée !
     
     

     

     
     
     

     
     
    Broderie anglaise

     

      
    
    Un chemisier magnifique avec ci-dessous le détail de la broderie